Verre trempé : comment est-il plus résistant et plus sécuritaire

Verre trempé – comment est-il plus résistant et plus sécuritaire

Le verre trempé a une résistance allant jusqu’à cinq fois le verre classique et figure parmi les verres que l’on appelle verres de sécurité. Par « trempé », on entend en fait que le verre a subi un passage rapide par une température extrême de 600 degrés celsius avant d’être refroidi assez brutalement et rapidement. Ou alors, on peut aussi vouloir dire que le verre est passé par une trempe chimique, un autre procédé ayant provoqué un résultat similaire.

On peut les retrouver rampes de patios, les vitres des portières des voitures, dans quelques-uns de nos téléphones portables, dans le vere de nos portes patio, dans nos arrêts de bus ou encore nos meubles, notamment pour les plateaux de table ou encore les tablettes de verre. Et oui, ça ne paraît pas comme ça, mais vous en disposez partout autour de vous. Pour rentrer dans les détails, commençons par la trempe thermique.

Le verre trempé thermique : la recette!

Mettez le verre dans un four. Augmentez la température jusqu’à la limite, c’est-à-dire, la température à laquelle le verre va devenir mou. Puis, refroidissez aussi vite que possible la surface du verre en l’aspergeant d’air ou alors en laissant le verre plongé dans un bain froid. Comme cela, le verre recevra des caractéristiques bien supérieures à celles d’avant, c’est-à-dire qu’il sera plus résistant, pourra ne pas craquer au moindre choc. C’est la conséquence de la tension, mais également de la compression que la surface du verre a subi de par ce procédé.

Alternative : la trempe chimique

Concernant la trempe chimique, on utilisera aussi un bain. Cependant, celui-ci sera chaud. Et oui, à la place du four, on versera des sels fondus de potassium qu’on amènera aux alentours de 400 degrés celsius. Par ce processus, on pourra observer une migration des ions sodium contenus à la surface du verre. Ceux-ci seront substitués par les ions potassium. Puisque le potassium a des ions plus gros, ils créeront une compression à la surface du verre et sa résistance aux chocs sera améliorée. Par contre, préparez-vous à sortir votre porte-feuille, car ça coûte plus cher que la trempe thermique. Alors, oui, ça coûte plus cher, mais la résistance par rapport à l’autre procédé est aussi accrue. On observe même que la résistance est plus grande que celle de l’autre trempe. Attention, toutefois, à ne pas rayer la surface du verre, ce qui pourrait altérer sa résistance.