Pourquoi l’aluminium ne rouille pas

Pourquoi l

Le problème principal du métal, quel qu’il soit, est la rouille. Quel qu’il soit ?  Eh bien, non, ce n’est pas le cas de l’aluminium. En fait, c’est même le contraire, car lorsque ce métal s’oxyde, celui-ci produit une couche protégeant de la corrosion ses différents alliages. En y réfléchissant un peu plus en profondeur, c’est même normal, puisque la rouille attaque les métaux comme le fer et l’acier. Or, l’aluminium n’en contient pas.

Corrosion, mais pas rouille !

Evidemment, en contact avec l’eau, par exemple, lors des pluies ou même à cause de l’humidité contenue dans l’air, l’aluminium est victime de corrosion et non de rouille. Et non, ce n’est pas la même. Et effectivement, l’aluminium en est même un parfait représentant. La rouille est bien de la corrosion, pourtant, cela est particulièrement vrai pour le fer ou l’acier. De ce fait, il existe une méthode ou plutôt une solution contre la corrosion. Une solution qui s’appelle l’anodisation.

Par anodisation, on entend l’exploitation directe des propriétés de l’oxyde d’aluminium. Cela signifie qu’on applique aux molécules de dioxygène à des atomes d’aluminium par électrolyse ainsi que d’un bain chimique. Ainsi, on recouvre communément la surface d’aluminium par une fine couche à base d’alumine. Généralement, il peut aussi s’agir d’utiliser une couche anodique, d’une épaisseur comprise entre 5 et 20 microns. Ainsi, la couche se montre fortement résistante à la corrosion.

De quoi est-ce que ça a l’air ?

Au niveau de la couleur, elle est blanchâtre voire gris teinté. Puis, lorsqu’elle entre en état d’oxydation, elle devient de plus en plus dure pour, au final, produire une couche de protection sur les zones récemment en contact à l’aluminium corrodé.

En résumé, l’aluminium résiste mieux que les métaux classiques à l’eau et à l’humidité.

Crédit photo : profilealuminum.com