Composite : non-renouvelable, danger pour le feu, faible, mouvement imprévisible

Composite - non-renouvelable, danger pour le feu, faible, mouvement imprévisible

Voici quelques points sur les manquements du composite avant d’en faire le choix pour votre patio. Cette fois, nous nous intéresserons non pas à 3 défauts, mais bien à 4. Vous en saurez plus sur la non-renouvelabilité du composite et sur ce qu’il arrive quand il entre en contact avec le feu, notamment. Voici donc quatre raisons contre le composite que certains voudraient utiliser pour leur patio.

Un matériau non considéré comme renouvelable

En effet, puisqu’il contient des produits pétroliers tels que le polyéthylène, le polypropylène ou encore le chlorure de polyvinyle, ils sont issus des compagnies pétrolières qu’on connait bien. Ce sont en effet des déchets de la production pétrolière qui sont mélangés avec des colorants, des liants, de la farine de bois et d’autres produits pour en faire un matériau composite (plusieurs éléments liés ensembles), les planches de composite. Une fois usé et plus en état de servir, le composite n’est pas recyclable, ni biodégradable et sera jeté. Il va être une partie de plus d’un empilement de plus dans un site d’enfouissement de plus qui est déjà plein… Or, le bois utilisé pour les patios est naturel et pousse dans les forêts. Saviez-vous que notre gestion forestière prévoit que nous plantions entre 10 et 20 arbres chaque fois qu’on en coupe un ?  D’ailleurs, d’après les statistiques, on estime à 3% le maximum de la part de l’industrie du bois dans la déforestation. Dans l’autre sens, on attend toujours de savoir quelle compagnie pétrolière a la main verte…

Au feu les pompiers, y a mon plancher de patio qui brûle !

Là où un bois comme l’ipé est très difficile à incendier, un plancher de patio en composite peut dégager des gaz toxiques si il est incendié : en effet, le plastique contenu va fondre au contact de la chaleur et potentiellement intoxiquer les gens aux alentours. On est peut-être un peu pessimistes, mais imaginez plutôt une promenade assez populaire avec des gens qui fument et qui font occasionnellement tomber leurs mégots ou leurs cendres, des vendeurs ambulants de grillades ou encore des friteuses qui laissent échapper de l’huile bouillante… On est au bord de la catastrophe, sans compter que des planches se déformeront et devront être remplacés.

Pas si fort, le composite.

Bien que la résistance du composite varie d’un fabricant à un autre, le rebond et la déformation des planches seront bien plus probables que le bois naturel même si les solives du patio sont installées aux 12 po au-lieu du standard 16 po. De plus, la farine de bois n’a pas une enveloppe généralement très solide et si son enveloppe est fissurée, la résistance de ces planches diminuera drastiquement.

Difficile à prévoir

Vous avez déjà entendu certainement des fabricants de terrasses en composite vanter leur stabilité par rapport aux bois, et donc, ils vous ont laissé à penser que le composite est bien supérieur au bois. Eh bien, on ne va pas vous mentir, le bois, ça bouge, effectivement. Cependant, nous savons tous comment il bouge. On peut tout à fait prédire les mouvements que le bois aura, mais on ne peut pas en dire autant pour le composite. Le plastique bouge de façon importante quand il est chauffé au soleil, et le noyau interne de farine de bois se dégrade avec le temps. Avec les années, la farine peut se séparer du plastique et résulter en un niveau inégal sur la longueur de la planche, ainsi, on peut constater des gonflements aux extrémités des planches.

Crédit photo : advantagelumber.com