Votre vieux bois de patio et de clôtures devient de l’énergie !

Vos vieux bois de patios et vieilles clôtures deviennent de l’énergie !

Vous avez bien lu le titre de ce nouvel article, ce que vous considérez certainement comme du bois sans usage peut devenir de l’énergie extraite de cette biomasse.

Le monde en faveur de la biomasse

Il y a plus de 10 ans, la biomasse représentait déjà plus de 10% de la production mondiale d’énergie primaire, vous l’aurez certainement deviné, ce pourcentage n’a pas cessé d’augmenter. Elle pourrait même fournir 30 % de l’énergie consommée dans le monde d’ici 2050. Et sachez que dans notre beau pays au sirop d’érable, la biomasse est la source renouvelable d’énergie la plus utilisée après l’hydro-électricité.

La cogénération à la biomasse

La cogénération à la biomasse utilise des déchets industriel et de construction comme comme combustible pour produire de l’électricité et de la vapeur à usage industriel. Comparativement à la production séparée d’électricité et de vapeur à partir de combustibles fossiles comme le mazout, la cogénération à la biomasse comporte de nombreux avantages environnementaux, comme une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Source : connaissancedesenergies.org/qu-est-ce-que-la-cogeneration

Les déchets de bois comme l’écorce et la sciure de bois sont les plus importants type de biomasses au Canada. L’industrie des pâtes et papiers est le plus grand utilisateur industriel de cette bioénergie, qui est plus de la moitié de l’énergie utilisée dans cette industrie.

Contrairement aux énergies éoliennes ou au solaire provenant du photovoltaïque qui sont dépendantes des conditions météorologiques, la cogénération à la biomasse est une énergie en continue.

Votre vieux bois de patios et de clôture aura une deuxième vie

Lorsque votre vieux patios et que votre vieille clôture auront pris le chemin de l’Écocentre, sachez qu’ils contribueront à produire une électricité utile et nécessaire, et ce à un moindre coût financier et écologique que les énergies fossiles.

Crédit photo : reuters.com