Le bois d’oeuvre du Canada

Le bois d’oeuvre du Canada

Je suis un type de bois. On m’utilise lorsqu’on construit de la charpente de maisons ainsi que pour la confection de différents produits qu’on destine à d’autres constructions ou encore à la rénovation résidentielles. On me retrouve également en tant que matériau de support et je suis bien présent dans les planches, larges comme épaisses, les madriers ou encore les poutres et les lambris. Je suis… Je suis… Le bois d’oeuvre bien sûr !

En effet, ce bois bien de chez nous a beaucoup de particularités que nous souhaiterions vous présenter. Par exemple, citons le fait que la quasi-totalité du bois d’œuvre auquel on a recours provient d’arbres à résine, parmi lesquels citons le pin, l’épinette, le cèdre ou encore mon beau sapin, roi des forêts ! Mais pas seulement, puisque quelques bois francs proviennent de nos merisiers, chênes et érables. Si on parle de cela, nous ne devons pas oublier de mentionner que ce bois franc est réservé à la fabrication d’armoires et tables, mais également de plancher et autres ouvrages de finition. C’est ainsi que l’immense majorité du bois d’œuvre produit dans notre pays trouve son origine au sein des forêts publiques. C’est en fait tout l’opposé chez nos voisins états-uniens, puisque ceux-ci puisent leur bois d’œuvre au sein des territoires privés.

Mais alors d’où vient-il au juste, ce bois d’oeuvre ?

En tête du classement des provinces produisant le plus de bois d’œuvre, citons la Colombie-Britannique avec plus de 2,5 millions de mètres cubes, puis le Québec. En troisième position, nous retrouvons l’Alberta suivi de près par l’Ontario. Un peu moins important, mais quand même très intéressant à citer, mentionnons le Nouveau-Brunswick, puis la Nouvelle-Ecosse et, enfin, la Saskatchewan. Pourtant, à elles trois réunies, ces provinces ne représentent guère qu’une quantité moindre que l’Ontario.

Des sous, des sous et encore des sous !

L’économie du Canada peut dire merci à ses exportations, puisque notre pays a vendu en l’espace du seul mois de janvier 2017 la bagatelle de 3,5 millions de mètres cubes. Pour preuve de l’argent collecté, notons que les bénéfices liés aux exportations du bois d’œuvre se sont élevé à plus de huit milliards de dollars. Concernant l’exportation en vue du marché états-unien, l’exportation du bois d’œuvre a le mérite de créer près de 25 000 emplois directs au Canada. 

Sur toute la valeur des exportations de produits forestiers canadiens, le bois d’œuvre prendrait une part qui s’élève à 20%. Et si vous vous demandez qui sont nos principaux exportateurs, eh bien, ce sont la Chine, les Etats-Unis, mais aussi le Japon.

Crédit photo : getwood.ca